Langston Hughes

Notule colligée par
Le Nègre parle des fleuves,
Langston Hughes, 1902 – 1967

J’ai connu des fleuves:
J’ai connu des fleuves anciens comme le monde et plus vieux
que le flux du sang humain dans les veines humaines.
Mon âme est devenue aussi profonde que les fleuves..
Je me suis baigné dans l’Euphrate quand les aubes étaient neuves.
J’ai bâti ma hutte près du Congo et il a bercé mon sommeil.
J’ai contemplé le Nil et au-dessus j’ai construit les pyramides.
J’ai entendu le chant du Mississippi quand Abe Lincoln descendit
à la Nouvelle-Orléans, et j’ai vu ses nappes boueuses transfigurées en
or au soleil couchant.
J’ai connu des fleuves:
Fleuves anciens et ténébreux.
Mon âme est devenue aussi profonde que les fleuves..
(Traduction libre sur Wikipédia)
The Negro Speaks of Rivers,
Langston Hughes, 1902 – 1967

I’ve known rivers:
I’ve known rivers ancient as the world and older than the
flow of human blood in human veins.
My soul has grown deep like the rivers.
I bathed in the Euphrates when dawns were young.
I built my hut near the Congo and it lulled me to sleep.
I looked upon the Nile and raised the pyramids above it.
I heard the singing of the Mississippi when Abe Lincoln
went down to New Orleans, and I’ve seen its muddy
bosom turn all golden in the sunset.
I’ve known rivers:
Ancient, dusky rivers.
My soul has grown deep like the rivers.
(Texte original)

 
 

Acteur principal de la Renaissance de Harlem, poète, activiste, nouvelliste, dramaturge et chroniqueur, résume la vie polyvalente de l’Américain Langston Hughes, décédé à l’age de 65 ans. Hughes commence sa vie à Joplin (Missouri) et nous quitte le 22 mai 1967 à New York.

Il fut une figure importante de la Renaissance de Harlem et également considéré l’un des premiers Afro-Américains à vivre de sa plume. Son premier poème et cité comme le plus célèbre, The Negro Speaks Rivers ou Le Nègre parle des fleuves, a été publié dans la revue Crisis Magazine, la revue de l’Association nationale pour la promotion des gens de couleur (National Association for the Advancement of Colored People – NAACP). Hughes n’avait que 18 ans à l’époque et venait de terminer ses études secondaires à Cleveland en Ohio. L’inspiration de ce poème vient de son voyage au Mexique pour rendre visite à son père lorsque son train était en train de traverser le fleuve Mississippi. Langston Hughes a dit dans son autobiographie que ça lui a pris de 10 à 15 minutes pour le rédiger. On peut lire son poème ci-dessus.

(Biography. (s. d.). Mini Bio: Langston Hughes.)

Hughes a une histoire inspirante à une époque où la ségrégation et le racisme étaient bien présents dans le paysage américain. Le père de Langston insistait qu’après ses études secondaires il aille à l’université poursuivre des études en génie tandis que Langston voulait devenir écrivain. Le père de Hughes gagne et Langston s’inscrit à l’Université Columbia en sciences appliquées. La victoire du père fut cependant de courte durée et un an plus tard, en raison du racisme de ses camarades de classe, Langston quitte l’Université Columbia.

En 1926, The Weary Blues, le premier recueil de poèmes de Langston fut publié.

Domaine Public

L’oeuvre de Hughes entre dans le domaine public au Canada le 1er janvier 2018.

Disponibilité à Montréal

Références

Illustration: Carl Van Vechten, 1936 (via Wikimédia Commons)