Lionel Groulx

Notule colligée par

Discipline: histoire, littérature, radio

Lionel Groulx en 1922 (photo Wikipedia + effet de peinture à l'huile)Lionel Groulx (1878-1967), prêtre catholique, historien, professeur, écrivain et conférencier, est une figure marquante de la vie intellectuelle québécoise de 20e siècle. Premier titulaire de la Chaire d’histoire du Canada de l’Université de Montréal en 1915, il contribue à institutionnaliser l’enseignement et la recherche en histoire en fondant l’Institut d’histoire de l’Amérique française[1] en 1946 et sa revue l’année suivante en 1947. Maître à penser du nationalisme catholique de la première moitié du 20e siècle, il influence plusieurs générations de Québécois notamment par son passage à la direction de la revue L’Action française [2] de Montréal dans les années 1920 et son implication dans l’organisation de mouvements de jeunesse dans les années 1930 et 1940.

Né le 13 janvier 1878 à Vaudreuil, il grandit dans un milieu rural. Son père se nomme Léon Groulx et sa mère Philomène Pilon. Il a déjà une sœur et deux frères au moment de voir le jour. En février 1878, quelque six semaines après sa naissance, son père succombe à la variole, qui a affecté toute la famille. Sa mère Philomène se remarie un an plus tard avec Guillaume Émond et Lionel aura plusieurs demi-frères et demi-sœurs. La maladie s’en prend à nouveau à sa famille en 1882: il perd son frère Julien, sa sœur Angélina et sa demi-sœur Alexandrine, qui ne survivent pas au fléau de la diphtérie. Dix des quinze enfants de Philomène atteindront l’âge adulte.

Après des études primaires à l’École Saint-Michel de Vaudreuil (1884-1890), il complète son cours classique au Séminaire de Sainte-Thérèse (1891-1899). Il entre ensuite dans la prêtrise, déterminé qu’il est à consacrer toute sa vie à l’éducation de la jeunesse. De 1900 à 1915, il est professeur au Collège de Valleyfield, où il enseigne les belles-lettres et la rhétorique. Son enseignement est interrompu de 1906 à 1909, le temps d’un séjour d’études qui le mène à Rome et à Fribourg. Il revient d’Europe avec un doctorat en philosophie et un autre en théologie.

En 1915, il inaugure la Chaire d’histoire du Canada de l’Université de Montréal. Il sera le titulaire de cette chaire jusqu’en 1949. De 1915 à 1920, il enseigne également l’histoire générale et l’histoire du commerce et de l’industrie à l’École des hautes études commerciales de Montréal. Durant toute sa carrière, il donne de nombreuses conférences au Canada, aux États-Unis et en France et effectue plusieurs voyages de recherche, notamment dans les archives de Londres et de Paris. Il fonde l’Institut d’histoire de l’Amérique française (IHAF) en 1946 et l’année suivante paraît le premier numéro de la Revue d’histoire de l’Amérique française[3], nouvelle publication savante qu’il dirige durant 20 ans.

Parallèlement à son métier de professeur et d’historien, Groulx est très actif dans la vie intellectuelle québécoise, notamment à titre de directeur de la revue L’Action française de Montréal de 1920 à 1928. Par sa parole directe lors de conférences et de causeries, sa correspondance active, ses articles dans les journaux et les revues, ses essais, ses romans et ses nombreuses brochures, il s’impose durant plusieurs décennies comme un penseur incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à l’avenir du peuple canadien-français. Ne pouvant s’impliquer directement en politique en sa qualité de prêtre, il intervient dans les affaires publiques grâce à l’influence qu’il exerce sur les mouvements de jeunesse qu’il contribue à fonder, en particulier les Jeune-Canada[4] dans les années 1930 et les Jeunesses laurentiennes[5] dans les années 1940.

Plusieurs décennies d’engagement intellectuel ne manquent pas de l’associer à de nombreuses controverses: il fait beaucoup de disciples et autant d’adversaires. Les controverses — tantôt scientifiques, tantôt politiques — qu’il suscite ou dans lesquelles il est entraîné lui survivront, comme en témoignent les nombreuses études qui portent directement ou indirectement sur sa vie et son œuvre.

Soucieux de pérenniser l’enseignement et la recherche universitaire en histoire du Québec, du Canada et de l’Amérique française, des amis proches l’aident à mettre sur pied en 1956 la Fondation Lionel-Groulx[6], qui soutiendra l’IHAF dans sa mission.

Sur le point de prendre sa retraite de l’Université de Montréal en 1949, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal l’invite à donner un cours d’histoire du Canada à la radio de CKAC. L’historien septuagénaire accepte et, de décembre 1949 jusqu’en 1952, il donne chaque semaine une leçon d’histoire d’environ 15 minutes, pour un total de 100 leçons. C’est une version remaniée du texte rédigé pour ce grand projet radiophonique qui paraît en quatre tomes sous le titre d’Histoire du Canada français (L’Action nationale, 1950-1952).

Il décède le 23 mai 1967, jour du lancement de son dernier livre : «Constantes de vie». Il reçoit des funérailles nationales.

Références

Domaine public

Toute l’œuvre de Lionel Groulx appartiendra au domaine public dès le 1er janvier 2018. La succession de Lionel Groulx, qui détient les droits sur l’œuvre, n’a cependant pas attendu cette date pour la diffuser en libre accès. Dès 2011 elle autorisait la Fondation Lionel-Groulx et BAnQ à réaliser le projet de numériser et de diffuser toute l’œuvre écrite du prêtre-historien. Ainsi c’est depuis 2012 que l’on peut télécharger plus de 90 livres et brochures de Lionel Groulx à partir des sites Web des deux institutions:

  • L’oeuvre de Lionel Groulx (Fondation Lionel-Groulx)
  • Catalogue Iris* (BAnQ)
    * Pour obtenir la liste complète des documents numérisés dans le catalogue Iris de BAnQ, cliquez sur le bouton «Recherche avancée», entrez «Groulx, Lionel, 1878-1967» dans le champ «Auteur», cochez la case «Livres numériques», puis cliquez sur le bouton «Chercher».

Par ailleurs, en 2017 BAnQ et la Fondation Lionel-Groulx annonçait la disponibilité dans Wikimedia Commons des enregistrements sonores du cours d’histoire du Canada donné par Lionel Groulx à CKAC de 1949 à 1952 :

Notes et liens complémentaires

  1. Voir Wikipedia: Institut d’histoire de l’Amérique française.
  2. Voir Wikipedia: L’Action française (mensuel).
  3. Voir Wikipedia: Revue d’histoire de l’Amérique française
  4. Voir Wikipedia: Jeune-Canada
  5. Voir l’Encyclopédie canadienne: Jeunesses laurentiennes.
  6. Voir Wikipedia: Fondation Lionel-Groulx.
  7. Histoire du Canada francais (Fondation Lionel-Groulx)

Illustration: adaptation de Le chanoine Lionel Groulx à son bureau à l’hôtel Jean Bart, à Paris, le 1er mars 1922. Auteur: inconnu (via Wikipedia).

Laisser un commentaire