Alberto Giacometti

Alberto Giacometti [par Christian Aubry]

Disciplines: Peinture, Sculpture, Gravure.

Alberto Giacometti naît en Suisse le 10 octobre 1901. Fils du peintre impressionniste Giovanni Giacometti, il commence à peindre très jeune, fréquente l’École des Beaux-Arts de Genève et s’installe à Paris en 1922. Il y suivra les cours de sculpture d’Antoine Bourdelle, lui-même émule de Rodin, sculptant alors des œuvres proches de l’abstraction et desquelles émerge l’influence des arts primitifs, très en vogue à Paris (Femme cuillère, 1926).

Rapidement, le jeune artiste fréquente les  grandes figure du surréalisme, notamment des plasticiens comme Jean Arp, Joan Miró, Salvador Dalí, mais aussi des écrivains tels que Michel Leiris, André Breton, Louis Aragon ou Tristan Tzara. Il sera officiellement membre du groupe surréaliste de 1931 à 1935. Ses œuvres sculptées plongent alors dans les tensions de l’inconscient, exprimant souvent beaucoup de violence (Femme égorgée, 1932). Parallèlement, il réalise des gravures et dessins qui serviront d’illustration pour des livres de René Crevel (Les Pieds dans le Plat, 1933), Tristan Tzara (Ramures, 1936) ou André Breton (L’Air de l’Eau, 1934).

C’est à cette époque qu’il commence à s’exprimer publiquement par l’écriture, participant notamment à la rédaction des revues du groupe:

« Depuis des années, je n’ai réalisé que des sculptures qui se sont offertes tout achevées à mon esprit ; je me suis borné à les reproduire dans l’espace sans y rien changer, sans me demander ce qu’elles pouvaient signifier. […] Rien ne m’est jamais apparu sous la forme de tableau, je vois rarement sous la forme de dessin. Les tentatives auxquelles je me suis livré quelquefois, de réalisation consciente d’une table ou même d’une sculpture ont toujours échoué. […] L’objet une fois construit, j’ai tendance à y retrouver transformés et déplacés des images, des impressions, des faits qui m’ont profondément ému (souvent à mon insu), des formes que je sens m’être très proches, bien que je sois souvent incapable de les identifier, ce qui me les rend toujours plus troublantes… » (Minotaure, 1933).

A partir de 1935, Alberto Giacometti se concentre sur l’étude de la tête humaine, s’attachant plus particulièrement au regard. En témoigne cette célèbre citation* :

« Un jour, alors que je dessinais une petite fille, je me rendis soudain compte que la seule chose qui était vivante était son regard. Le reste de son visage ne signifiait rien de plus pour moi que le crâne d’un homme mort. On veut sculpter une personne vivante, mais ce qui le rend vivant c’est en fait son regard… Tout le reste n’est que l’encadrement du regard ».

En 1941, il quitte Paris et passera le reste de la Seconde guerre mondiale en Suisse, réalisant des sculptures minuscules qu’il rêve de produire en grande taille. Après son retour à Paris (septembre 1945), son nouveau style s’affirme et s’épanouira dans ces hautes figures filiformes qui lui valent reconnaissance de ses pairs et succès commercial (Piazza, 1948-49; Femme debout, 1960). Il peindra également des portraits (Diego, 1953) dont le regard se perd dans un réseau de lignes emprisonnant la figure.

« En eux, mieux qu’en un athlète de Praxitèle, je reconnais l’homme, commencement premier, source absolue du geste. Giacometti a su donner à sa matière la seule unité vraiment humaine: l’unité de l’acte.» (Jean-Paul Sartre, La recherche de l’absolu, 1948**)

Alberto Giacometti s’éteint en Suisse le 11 janvier 1966, à l’âge de 64 ans. Sa femme, Annette, lui survivra jusqu’en 1993.

En 1990, la Fondation Alberto et Annette Giacometti publie aux Éditions Hermann un recueil rassemblant des textes célèbres publiés par le sculpteur de son vivant, des entretiens dans lesquels il exposait ses vues sur l’art, des carnets, des feuillets inédits et de nombreuses illustrations. Plusieurs éditions revues, corrigées et augmentées de cet ouvrage de référence suivront – la dernière en 2007.

Domaine public :
Écrits. Articles, notes et entretiens
Alberto Giacometti
ISBN : 2705667032
Éditeur : HERMANN (2007)
[BANQ] [Babelio]

Pour aller plus loin :
Alberto Giacometti (Wikipédia)
L’Atelier d’Alberto Giacometti (Centre Georges-Pompidou, 2007)

Notes :
* Source: « L’atelier d’Alberto Giacometti » au Centre Pompidou, La Croix, 2007
** Source: Sartre critique d’art, L’Express, 2005

Image : Par Jan Hladík [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Laisser un commentaire