Paul Émile Corbeil

Paul-Émile Corbeil  [par Josée Plamondon]

Discipline : Chant, production radiophonique

Né à Montréal le 5 octobre 1908 et décédé dans la même ville le 10 janvier 1965, Paul-Émile Corbeil est un chanteur (basse) qui a popularisé la chanson traditionnelle au Québec, notamment par ses émissions radiophoniques.

Élève du ténor montréalais d’origine française, Salvator Issaurel, il débute rapidement sa carrière dans un opéra, Hériodiade de Massenet, en 1929. Il se produit par la suite, au Canada et aux États-Unis, notamment avec un quatuor vocal, Les Grenadiers Impériaux, composé de chanteurs qui seront plus tard bien connus du public: Albert Viau, François Brunet et Gaston Nolin.  En 1934, lors d’un séjour à New York où le quatuor présente un spectacle au Radio City Music Hall, Paul-Émile Corbeil se familiarise avec la réalisation et la production d’émissions radiophoniques pour le réseau NBC. Dès son retour à Montréal, en 1935, il est nommé chef de la réalisation à la station de la Commission canadienne de radiodiffusion, organisme qui, un an plus tard, deviendra Radio-Canada. Au sein du même réseau, il sera directeur des programmes de la station CJBR de Rimouski, de 1937 à 1941.

En 1937, l’abbé Charles-Émile Gadbois, publie un recueil de chansons qui vise à promouvoir les valeurs traditionnelles et patriotiques au sein des familles afin de contrer l’influence, jugée néfaste, de la culture anglo-américaine: La bonne chanson. Par ses disques et ses prestations radiophoniques, Paul-Émile Corbeil a contribué à la popularité de « la bonne chanson » auprès du grand public et cela, même dans le contexte d’une culture urbaine en croissance durant les années 30 et 40.  Il forme en 1940, Le Quatuor de La bonne chanson , avec entres autres, d’anciens partenaires de tournée : Albert Viau, François Brunet et David Rochette.  La même année, à Rimouski, naît son fils, Claude Corbeil, qui sera également chanteur classique (basse chantante) et connaîtra une carrière internationale.

À l’automne 1947,  Polydor, l’éditeur musical franco-allemand, lance une filiale au Québec et Paul-Émile Corbeil en devient le directeur musical. L’entreprise, qui ne vivra que quelques mois, éditera 6 disques dont deux des siens.

Inspiré par l’univers du poète populaire Jean Narrache (Émile Coderre), Paul-Émile Corbeil incarne un vieux conteur, dans une émission radiophonique réalisée pour la sation CKAC: Le vagabond qui chante. Il y mettra en scène la chanson traditionnelle, de 1941 à 1949. Tout en tenant de rôles soutien dans des opéras, il poursuit sa carrière de réalisateur et de producteur pour la radio. Il dirige, dès ses débuts et pendant 12 ans, l’une des émissions qui connaîtra la plus grande longévité sur les ondes de Radio-Canada: Les joyeux troubadours (1941 à 1977). Dans les années 60, il enregistre l’oeuvre poétique de Jean Narrache, de même que de nombreux titres de la chanson traditionnelle du Québec.

Une rue de l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, sur l’île de Montréal, porte son nom depuis 1986.

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire