Joseph Beaulieu

Notule colligée par

par Danielle Noiseux

Discipline : Musicien, folkloriste et compositeur

Joseph Beaulieu est né à Mattawa dans la province canadienne de l’Ontario en 1895. En 1915, il s’établit à Ottawa et commence à étudier le piano avec Oscar O’Brien et Amédée Tremblay, deux professeurs intéressés particulièrement par la musique folklorique. Par la suite, il étudie avec Harry Puddicombe au Canadien Conservatory of Music d’Ottawa où il devient professeur. Il enseigne également à l’Université d’Ottawa le piano, le chant et le commerce. Durant ces mêmes années, il donne des spectacles de musique avec les professeurs O’Brien et Tremblay ainsi qu’avec le baryton Charles Marchand. Beaulieu et Marchand voyagent alors partout en Ontario et au Québec en présentant des concerts de musique folklorique. C’est au cours de ces tournées que Joseph Beaulieu entreprend de collectionner des chansons folkloriques canadiennes qu’il compilera dans plusieurs recueils édités.

Beaulieu fonde en 1931 la chorale des Petits Chanteurs céciliens d’Ottawa, chorale pour laquelle il harmonise plusieurs chants folkloriques ainsi que des chants religieux. Il compose aussi plusieurs chansons qui sont présentées dans les spectacles des Petits chanteurs céciliens. Il dirige cette chorale jusqu’en 1942. Joseph Beaulieu compose plus de 200 chansons d’inspiration folklorique et religieuse qui sont publiées dans divers recueils : Les cahiers de la Bonne chanson (1956-1964), Chantez les petits (1960), Mon école chante (1960), Gerbes de chansons nouvelles et Chantez petits et grands. Il compose aussi une opérette, Le trésor du pauvre, et une Messe pour Vatican II à quatre voix mixtes, écrite pour les cérémonies du concile Vatican II.

Après avoir obtenu un baccalauréat en musique de l’École de musique Vincent-d’Indy de Montréal en 1942, il occupe le poste de directeur-adjoint de l’enseignement de la musique au Ministère de l’Éducation de l’Ontario, de 1943 à 1965. En 1946, il s’établit à North Bay d’où il peut continuer à travailler pour le Ministère de l’Éducation. Il passe ses étés au Lac Talon, près de cette ville, où il enseigne la musique et le chant à de jeunes garçons. Il fonde aussi la Société de festival de musique de North Bay, dont il assure la direction de 1948 à 1959.

Joseph Beaulieu décède en 1965 à North Bay. En 1967, le Camp Joseph-Beaulieu est fondé à l’Île-aux-Chênes sur le lac Nipissing. Ce camp est destiné à l’enseignement de la musique pour les jeunes. En 1968, la ville de North Bay inaugure le Centre Joseph-Beaulieu qui compte une bibliothèque et un théâtre. En 2003, une jeune entreprise montréalaise, La montagne secrète, lance 3 livres-disques de musique folklorique pour les tout-petits dont l’un, Le Chat musicien, reprend 12 chansons de Joseph Beaulieu. Le Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa possède un fonds d’archives sur le folkloriste.

Sources :

Laisser un commentaire