Jean Béraud (Jacques Laroche)

Jean Béraud (Jacques Laroche) [par Pascale Félizat]

Discipline: littérature, journalisme

Né en 1899, Jean Béraud (pseudonyme de Jacques Laroche) étudie d’abord le droit pour s’orienter ensuite vers la composition dramatique. Il poursuit ses études à New York et Paris où il étudie pendant 3 ans la littérature, la musique et l’histoire du théâtre. De retour au Québec, il entre au journal La Patrie puis à La Presse (1924) pour faire la critique des livres. Il dirige par la suite les pages littéraires de ce journal pendant 25 ans luttant pour donner, au Québec, toutes ses lettres de noblesse à la profession de critique littéraire. Réputé pour ses critiques de théâtre qui couvrent une quarantaines d’années, il publie un premier essai en 1934 (« Initiation à l’art dramatique ») puis un second en 1946 «Variations sur trois thèmes». Il publie enfin l’ouvrage «Trois cent cinquante ans de théâtre au Canada français» en 1958. Il devient, en 1960, « fellow » du Royal College for the Encouragement of the Arts de Londres où son nom s’ajoute à ceux de membres célèbres comme Benjamin Franklin, Charles Dickens et Karl Marx. Récipiendaire du prix David en 1961, il reçoit le prix Victor-Morin deux ans plus tard pour s’être illustré dans le domaine des arts de la scène.

Il meurt en 1965 en léguant à l’Université de Montréal un ensemble de plus de 1 000 volumes sur le théâtre, dont des éditions anciennes de Molière, Racine et Corneille ainsi qu’un rare ensemble de programmes de théâtre montréalais parus entre 1945 et 1965. Trois ans après son décès, en 1968, on crée en sa mémoire une distinction littéraire qui porte son nom.

Pour aller plus loin:

Article: Jean Béraud ou le théâtre immobile, par Alain Pontaut.